VALERIE WALTON
Kinésiologie à Alès
11 A RUE RICHELIEU, 30100 ALES
 
Disponible aujourd'hui de 8h à 19h
 
07 55 64 42 86
 

LE MAL DE DOS

17 Fév 2022

Le mal de dos est l’un des grands fléaux de notre siècle !

Nous sommes de plus en plus nombreux à souffrir de mal de dos.

Pouvons-nous y voir une difficulté à déployer nos potentialités d’êtres humains, dignement debout entre terre et ciel ? Mettant au défi nos structures, extérieures comme intérieures, le contexte actuel semble nous rappeler à l’urgence de revenir « dans notre axe », avec souplesse, tendresse et souveraineté.

En outre, la crise de la Covid-19 et le confinement n’ont rien arrangé : des personnes atteintes de lombalgie ont déclaré que leurs douleurs s’étaient aggravées entre 2020 et 2021. Si un mode de vie trop sédentaire, fait de postures non physiologiques, de stress et de mauvaise alimentation peut y être pour quelque chose, nous pouvons aussi chercher un sens plus profond. Un appel de notre corps, et plus particulièrement de notre axe central, à refaire alliance avec lui pour pouvoir enfin offrir au monde le « secret sacré » de notre unicité ressentie, déployée et assumée.

Car il semble que ce soit bel et bien ce à quoi nous invite notre colonne vertébrale qui, en s’étant érigée vers le ciel, nous a distingués des autres mammifères. Étonnante bipédie qui sépara il y a près de quatre millions d’années les premiers hominidés du reste de la famille des grands singes, libérant pleinement leurs mains, élevant leur regard vers l’horizon et les étoiles, et changeant par la même occasion l’orientation du bassin et de la tête qui se tournent alors vers le firmament, telles des coupes réceptives !

 

‍♀️Une échine souple et solide à la fois

Voyons de plus près de quoi est constituée cette colonne censée soutenir le plus beau déploiement de notre être. Peu de gens ont réellement conscience de sa réelle épaisseur et importance et cela va certainement de pair avec le fait que peu de gens vivent réellement dans “leur axe”.

Véritable flûte articulée, souple et solide à la fois, c’est une zone étonnante qui, dans son ondulation, devrait nous conduire à offrir notre propre musique au monde sans l’imposer, à danser avec lui. » Constituée de 33 vertèbres empilées les unes sur les autres, elle forme un axe central d’où émergent des nerfs spinaux qui portent l’information de nos centres cérébraux vers toutes les zones de notre corps et tous nos organes, et, en sens inverse, de tous nos stimuli sensoriels vers les centres cérébraux.

Autoroute à double sens, à travers la précieuse moelle épinière qu’elle protège, elle permet ainsi de faire circuler une énergie centrifuge, yang, motrice et une énergie centripète, yin, réceptive, ces deux polarités fondamentales qui animent l’ensemble du vivant, rayonnant tous deux prenant leur source au niveau de notre plancher pelvien, lieu d’éveil de l’énergie spirituelle latente en chacun de nous, qui nous rappelle à l’ondulation primordiale de la vie.

Et si notre échine vertébrale n’était pas considérée comme un axe nous élevant du bassin vers le ciel, mais davantage comme un volume qui se déplace dans le temps et l’espace.

« Ce volume est organisé autour de cavités : celle de l’abdomen nous relie à notre capacité de digestion de la nourriture et des événements que nous vivons, axée par les lombaires, celle de la cavité thoracique, soutenue par nos dorsales, le siège de notre cœur et de nos émotions et celle de la boîte crânienne posée sur les cervicales. »

Tout ce qui nous percute et nous chahute dans la vie peut ainsi se retrouver dans les distorsions et contractures de notre dos de manière bien souvent inconsciente, celui-ci se référant dans sa symbolique à tout ce qui est caché, comme le montrent les expressions populaires « faire dans le dos », « tourner le dos ».

 

Un axe pour nous sentir légitimes et soutenus

Les douleurs et hernies touchant nos lombaires basses parleraient ainsi de notre difficulté à nous manifester dans notre singularité. « être capable de se dresser, de dire “je suis là”, mais aussi de poser ses limites en disant “tu ne passeras pas” ».

Les douleurs au niveau des dorsales, souvent lourdes, chargées ou penchées, refléteraient quant à elles ce « poids dans le dos » que nous sommes si nombreux à porter. « donner le meilleur de soi et à être soutenu pour cela. »

Enfin, les douleurs aux cervicales soulignent notre difficulté à faire des choix dignes et singuliers, à nous orienter à partir de notre propre guidance interne et non pas celle qui nous est imposée de l’extérieur « Peu de personnes se sentent légitimes dans le fait qu’elles ont quelque chose de valeur à apporter à l’humanité et qu’elles ont le droit d’être soutenues pour cela. Nous touchons là une blessure centrale de notre axe et de notre société qui a mis en avant les self-made-men, ce qui est une absurdité. Car en réalité, nous sommes reliés et soutenus, à commencer par la Terre, par nos ancêtres, par nos parents qui nous ont donné vie, par tous les autres humains qui ont participé à créer notre nourriture, nos vêtements, etc. » Comment notre dos a-t-il pu oublier qu’il avait ainsi de quoi s’adosser ? Nous vivons dans une société qui est loin d’être animée par le déploiement de la singularité de chaque être humain et nous en arrivons à l’aberration de sentir de la honte à porter au fond de nous quelque chose de beau à partager, ce qui se retrouverait inscrit dans les crispations et douleurs de notre colonne vertébrale.

Déconnectés de nos soutiens, de notre valeur, de notre légitimité et de notre droit à exprimer nos choix propres, nous sommes ainsi plus enclins à être entraînés « hors de notre axe » par des décisions extérieures ou politiques contraires au plus beau déploiement de notre Arbre de vie.

 

Mouvement, tendresse et vérité

Alors, comment faire pour soulager notre dos, refaire circuler la sève et revenir dans notre centre, souverains en notre royaume ? Cela passe indubitablement par le mouvement. Face à nos zones de rigidités et résistances, elle insiste sur la nécessité de ne pas passer en force, ce qui risquerait de créer déchirures, claquages ou brisures, mais d’« entrer en tendresse », les yeux fermés, dans la sensation du corps et le redéploiement de sa vibrance intérieure. Enfin dans mon axe, le poids devient léger, . Ma présence trouve un équilibre entre un réel dépôt dans la matière et une érection vers le ciel. Une détente s’installe. Celle d’être soi parmi le monde. »

Ramener la Vie dans notre dos, quelques conseils pratiques :

- Au quotidien, faire des mouvements libres et spontanés, en conscience, à l’écoute du corps. Par exemple : lever les bras vers le ciel, se baisser pour toucher la terre.

- Respirer dans le dos en déployant tout le volume de la cage thoracique pour un massage interne des tissus (la majeure partie des poumons se trouve à l’arrière du corps).

- Régulièrement, se faire masser ou penser à l'automassage avec la technique des balles molles.

- Prendre une douche ou un bain chaud (le tissu facial se détend avec la chaleur).

- S’allonger sur le dos, jambes pliées, et se bercer, sur le côté et d’avant en arrière. Cela amène une cohérence sur l’ensemble de l’axe, du sacrum à la boîte crânienne.

 

Je vous laisse venir vers moi pour aller chercher les différents maux installés en vous et les équilibrer avec bienveillance.


Derniers articles

NOTRE CORPS NOUS PARLE

STRESS - ANGOISSE - DEPRIME - SOMMEIL - BURN OUT : OU EN ETES-VOUS ?

RENTREE SCOLAIRE : SEPARATION ET TROUBLE D'APPRENTISSAGE

Catégories

Aucune catégorie à afficher

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion